Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Floyd Glacyalski

Fluide (très) Glacial

Mi-septembre, Eric Deup, chroniqueur à Fluide Glacial, le magazine d'Umour et de Bandessinées créé en 1975 par Gotlib, reçoit un courrier émanant de la direction du journal et signé Louis Delas : "Je dois vous informer que nous sommes amenés à envisager à votre égard une mesure de licenciement. FLUIDE GLACIAL, umour & bandessinées."

Immédiatement, un groupe de soutien au journaliste "Sauvons Deup (et l'Umour) !!!" se crée en réaction.

Aujourd'hui, Deup, après un avertissement, s'est vu confié à nouveau la page qu'il tenait dans le magazine.

Il n'en reste pas moins que le nouveau rédacteur-en-chef, Christophe Goffette, à l'origine de la tentative d'éviction du chroniqueur, fait, depuis son arrivée, main-basse sur le journal, s'y réservant plusieurs pages signées de son nom ou de pseudos et y introduisant ses petits copains au talent plus que discutable.

Archives

11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 09:12

2003, l’arrivée de la couleur dans Fluide.
2011, l’arrivée du couleur de Fluide.

Repost 0
Published by Floyd Glacyalski - dans Le magazine
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 10:08

Depuis son arrivée au poste de rédacteur-en-chef de Fluide Glacial, Christophe Goffette fait main basse sur le journal, s'attribuant des pages laborieusement écrites par lui-même, sous son nom ou sous pseudonymes (Bester, Nanar Joe, d'autres peut-être) ou confiant des espaces à ses petits copains au talent et à l'humour contestables (Marc-Emmanuel Konigson, Frizou, Dubuisson, Réza Benhadj) et rien ne dit qu'il va s'arrêter ce qu'il a entrepris depuis deux numéros.

 

Après ses tentatives d'éviction de Deup du journal et de remplacement de Toto à l'administration du blog, ce sont des mesures de censure qu'il prend à l'égard des lecteurs du journal eux-mêmes.

C'est ainsi que certains se sont vus exclus de commentaires sur la page Facebook de Fluide suite à des propos critiquant les choix rédactionnels et l'attitude de Goffette et que des ordres ont été donnés à la rédaction (redaxion@fluideglacial.com) pour que certains messages restent sans réponse.

De même, les relations entre les différents lecteurs/visiteurs du blog du journal ont été récemment limités par la suppression de l'indication des derniers commentaires faits sur ce dernier, où les avis exprimés n'étaient pas toujours tendres.

C'est ce que l'on doit appeler la "modération".

 

Christophe Goffette noyaute peu à peu Fluide Glacial, refuse toute remise en cause de ses choix en interdisant aux lecteurs, pourtant les premiers concernés par ces derniers, d'exprimer leurs opinions.

C'est l'avenir du journal tout entier, celui de ses auteurs actuels et de son esprit qui est en péril.

Et c'est ce que je défends : un journal que je lis depuis son premier numéro (même si je n'ai pas toujours été en accord avec les directions prises par les rédacteurs-en-chef successifs) et des auteurs dont j'apprécie le travail.

C'est contre l'attitude de Christophe Goffette et ses choix éditoriaux que je m'insurge.

 

Fluide, c'est avant tout une forme d'humour décalé, d'absurde et de dérision. Quelque chose qui ne se prend pas au sérieux. Un esprit. Celui que Gotlib a insufflé au journal lorsqu'il l'a créé.

Et c'est à ça que Goffette est en train de mettre fin pour de basses questions de rentabilité.

 

Fluide Glacial n'appartient pas à Goffette, contrairement à ce qu'il pense croire et à ce qu'il écrit dans son dernier édito.

Fluide Glacial appartient aux auteurs qui l'ont fait, qui le font aujourd'hui et dont certains aujourd'hui voient leur espace d'expression réduit.

Fluide Glacial appartient à ses lecteurs, ceux qui le suivent et qui y retrouvent cet esprit initié par Gotlib.

 

La seule façon de mettre fin au règne de Goffette, c'est une solidarité entre les auteurs de Fluide en désaccord avec l'orientation décidée par Goffette et les lecteurs qui ne retrouvent plus ce pour quoi ils aiment ce journal.

Mais, si certains lecteurs s'expriment, soit sur le blog de Fluide Glacial (www.fluideglacial.com/leblog/), soit sur la page de soutien à Deup (www.facebook.com/groups/sauvonsdeup), peu d'auteurs se sont fait entendre.

Soit parce qu'ils sont en accord avec ce que Goffette met en place (c'est leur droit), soit parce qu'ils craignent de se voir évincés du journal.

A ces derniers, je dirai que si leur avenir est actuellement en péril, il le restera même s'ils se taisent ou font profil bas.

 

L'esprit Fluide peut encore être sauvé.

 

Repost 0
Published by Floyd Glacyalski - dans Le magazine
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 15:31

Soyeux sérieux 5 minutes. Pas plus.
Que l’on me dise, dans les petits nouveaux, où sont les Alexis, les Boucq, les Edika, les Goossens, les Coucho (viré et que j’appréciais énormément, un humour, un univers tourné vers l’absurde), les Dupuy et Berbérian, les Thiriet (dont la “Verte campagne” fait partie de ce qu’il a fait de mieux; son chef d’oeuvre, pour moi), les Larcenet (même si depuis qu’il a quitté Fluide, je trouve qu’il a pris un peu la grosse tête, mais je ne vais pas nier son talent), les Blutch, les Gaudelette (j’adorais son “Pedro le Coati” dans Spirou; ça n’aurait pas dépareillé dans Fluide) de demain ?
Et je ne parle que de ceux qui ont marqué durablement le journal…
Tiens, en passant, je conseille le “Business is business” de Julien/CDM et Lindingre paru chez Drugstore; c’est jouissif, féroce et ça vaut tous les pamphlets qui pourraient être écrits sur notre président. Sans doute, ce que ces deux-là ont fait de meilleur. Ju/CDM s’est surpassé dans son dessin.
Félicitations aux auteurs.
Dommage que Fluide n’ait pas publié ça dans ses pages.

Repost 0
Published by Floyd Glacyalski - dans Le magazine
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 07:47

Lu sur le mur FB de Goffette à propos de la sortie du dernier Fluide, ce commentaire d’un nommé Eric Guillemet: “Putain ça claque ! Ca y est mon Frizou t’es célèbre !”.

Le Frizou en question est l’auteur, avec un certain Dubuisson, d’une BD de 5 pages intitulée “La quête de l’esprit Fluide”.

Trois remarques :
1. avec le tirage en baisse qu’a Fluide en ce moment (c’est pour le redresser que Goffette a été embauché), je répondrai au Frizou en question qu’il est loin d’être célèbre. On en a vu d’autres qui ont juste fait un petit tour dans le journal puis s’en sont retournés dessiner dans le fanzine dont ils n’auraient jamais dû sortir.

2. Quand on écrit un récit sur Fluide et que l’on cite l’un de ses auteurs, on s’arrange pour l’orthographier correctement. Il y a 3 “S”, dont 2 qui suivent les 2 “O” successifs, dans “GooSSens”.
Il n’y a personne pour faire la relecture dans ce canard ?

3. Ce commentaire de Eric Guillemet, qui figure parmi les amis FB de Goffette et qui semble connaître Frizou intimement, pourrait laisser entendre à des esprits malins que Frizou est également un ami de Goffette. Après quelques minutes d’investigation, les esprits malins pourraient en avoir la confirmation : Frizou le crabouilleur, comme il fait appeler -par modestie, par dérision ou par réalisme, je ne saurais le dire- est bien un ami de Goffette. Ils sont même nés tous deux durant le mois de mars l’année érotique.
Pour compléter l’information, Dubuisson, le scénariste de la BD, qui, lui, se qualifie d’artiste, est aussi un ami de Goffette.
Après avoir introduit Marc-Emmanuel Konigson dans Fluide, Goffette continue à y faire venir ses potes.
C’est d’ailleurs à se demander si chaque nom inconnu jusqu’à présent dans le journal n’est pas, soit un ami de Goffette, soit Goffette lui-même écrivant sous pseudo, et si, peu à peu, les pages de Fluide ne vont pas se trouver envahies par les uns ou les autres, au détriment des auteurs actuels.
Mais, il faut avoir vraiment l’esprit malin pour avoir de telles pensées.

PS : Réza Benhadj qui dessine le pitoyable “The jaws brothers” et qui a piqué sans vergogne la tronche du personnage de la dernière planche de sa BD à Vandersteen (Lambik), figure aussi parmi les amis FB de Goffette.

Repost 0
Published by Floyd Glacyalski - dans Le magazine
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 07:54

Goffette, dans l’édito du dernier Fluide, évoque ce dernier comme étant son jouet.
Fluide n’est pas SON jouet.
Fluide ne lui appartient pas que je sache. Mais il s’y comporte comme en pays conquis.
Fluide est tout au plus une maison dont quelqu’un d’inconscient a filé les clefs à Goffette. Et qui peut les lui reprendre du jour au lendemain.
Le plus tôt serait le mieux d’ailleurs.
Car, d’ici là, c’est sûr, il y aura eu du dégât.
Il aura remplacé peu à peu les auteurs du journal par d’autres, potes au lui, fait fuir bon nombre de lecteurs, fait subir à ceux qui resteront sa prose sempiternelle… Et contribuer à supprimer les dernières lettres du mot UMOUR si chères à Gotlib.
Car, je ne vois rien en Goffette qui puisse faire penser qu’il en est l’héritier.
Il s’est juste assis sur le fauteuil du Maître, mais ça ne lui donne pas plus de talent pour ça.
Si Fluide appartient à quelqu’un, c’est à ses lecteurs.
Sans lecteurs, pas de journal. Il faudrait que Delas le comprenne. Et si Goffette a été chargé d’aller en pêcher quelques-uns ailleurs, il faudrait qu’il commence plutôt par essayer de garder ceux qui sont là.
Et, ce n’est pas le sondage qui se veut sans doute plein d’umour joint au dernier numéro du journal qui va contribuer à ça : l’almanach Vermot est plus drôle.
Quelle pitié !!!
Le seul intérêt que je vois dans le sondage, c’est que l’on peut gagner une sérigraphie de Solé.
Il n’y a rien de pire que quelqu’un qui se croit drôle et s’obstine à en convaincre autrui.
Grâce à Goffette, on en apprend un peu plus sur la nature humaine. Remercions-le pour ça. Amen.

Repost 0
Published by Floyd Glacyalski - dans Le magazine
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 07:50

Lorsque l'on veut faire de l'humour, ou tenter d'en faire, il serait bon, en premier lieu, d'apprendre la syntaxe de la langue que l'on utilise.

 

Quelqu’un pourrait-il donc expliquer à celui qui s’appelle ou se fait appeler “Marc-Emmanuel Konigson” qu’en français, lorsque le groupe-sujet précède immédiatement le verbe, le dit-sujet n’est JAMAIS séparé du verbe par une virgule, sauf cas, bien sûr, de sujets multiples (une énumération, par exemple) ?

 

Ainsi lorsqu’il écrit “Le pape, est un crétin. Le lapin, est un crétin. Le présentateur (…), est un crétin”,
ces phrases ne respectent pas la syntaxe française.
Je suppose qu’il ne lui prendrait pas d’écrire “je, suis un crétin”. Même s’il en est un.

 

Voici en ce qui concerne la forme.
Pour ce qui est du fond, je me contenterai de dire que je ne suis pas sensible à son humour. Si tant est que son article se voulait drôle. Et que si c’est le cas, il me semble qu’il a touché le fond que j’évoquais au début de la phrase précédente.

Repost 0
Published by Floyd Glacyalski - dans Le magazine
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 14:57

Prenez votre Fluide Glacial de novembre 2011 (N°425), ouvrez-le aux pages 66 et 67.
La pénultième et l'antépénultième.
Elles sont l'une en face de l'autre.
Comme toute personne emplie d'elle-même, Goffette ne recule devant rien.
Il n'hésite pas à coller sa prose laborieuse et censée être pleine d'umour juste en face des dessins de Lefred-Thouron.
Après avoir peiné à la lecture du texte du nouveau rédac-chef de Fluide, à peine votre oeil morne et fatigué a-t-il glissé sur la page suivante qu'un immense fou-rire vous prend en découvrant le premier dessin de "La France qui gangne".
Et vous venez, par la même occasion, de découvrir la différence entre quelqu'un de drôle et quelqu'un qui ne l'est pas.
Merci, Goffette.

Repost 0
Published by Floyd Glacyalski - dans Le magazine
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 10:37

Couverture alternative pour le Fluide de novembre (le premier de l'ère Goffette) pour laquelle on n’a pas donné le choix aux abonnés.

La mienne est celle dessinée par Conrad.

Malheureusement, erreur de marketing, je préfère la “Spécial Bretagne”.

C’est celle que j’aurais choisie si je m’étais rendu moi-même chez mon marchand de journaux.

Fluide, je ne lui dis pas merci.

Goffette, tu commences bien.

On ne t’a jamais dit que ce sont les abonnés qui font vivre un journal ?

C’est mal barré pour qu’on reste copains.

Ou alors, tu me l’envoies le numéro avec la Marianne Bretonne…

Je suis en rogne et je le dis.

 

Réponse de Goffette :

La couverture Bretagne n'est dispo QUE en kiosques et en Bretagne.

On ne s'est pas posé la question de savoir qui aurait quoi.

Pour éviter les jalousies, tout le monde a eu la même.

Ça avait déjà été le cas avec le spécial PACA du temps de Tinlot... Voilà quoi...

 

Eh bien à l'avenir, Goffette, pose-toi des questions.

Je ne suis pas le seul à être mécontent.

Et si je veux le Fluide avec cette couv', je dois débourser pour un truc que j'ai déjà payé ?

Tu te fous de la gueule du monde.

Et si ton excuse, c'est que Tinlot avait fait la même chose avec le "Spécial Sud", alors faut dire à Delas qu'il n'avait qu'à laisser Tinlot à la place où il était.

Quant à la couv' de Conrad, malgré le respect que je lui porte, elle ne m'a pas fait écrouler de rire...

 

Pour ce qui est du journal :

Dans le premier numéro sous son égide, on aurait pu penser que Goffette, embauché pour redresser la barre, réunisse autour de lui, afin d'assurer des ventes qui sont en baisse, quelques pointures du journal. Or, à part Thiriet, l'un des anciens de la 2ème génération, Isa, qui est devenue une habituée, JulienCDM/Lindingre et Margerin, on trouve des signatures d'auteurs bretons ("Spécial Bretagne" oblige) dont je ne discute pas le talent (j'entretiens quelques rapports avec l'un d'eux), mais qui ne sont pas fédérateurs et ne reflètent pas l'image de Fluide.

De plus, le journal comporte un nombre de pages de rédactionnel beaucoup plus important qu'à l'accoutumée : Frémion, Casoar, Fioretto, Goffette s'en réservant une également et 2 pages d'un certain Bester sur le rock (ça pue le copinage à plein nez; qu'on ne s'étonne pas que Goffette ait voulu faire de la place en virant Deup). Pour ça, les pages de Casoar étaient bien suffisantes. Là, on n'est ni dans l'Umour ni dans la Bandessinées...

 

L'identité du rédacteur des 2 pages rock du Fluide 425 (ni Umour ni Bandessinées) dévoilée !!!

Sous le pseudo de Bester se cache Goffette lui-même, qui, du coup, se réserve 3 pages dans le journal.

Goffette se commande des articles, se les accepte et se les paie.

Bientôt, il fera le journal tout seul et sera tout seul à le lire.

 

Une remarque :

A croire son édito dans le Fluide de novembre, Goffette, de la même façon que Sarkozy est né pour être président, est né pour être rédac-chef de Fluide...

La bonne blague... On n'y croit pas une seconde...

 

Conseil aux abonnés :

Tous les abonnés qui veulent avoir le Fluide avec La Marianne Bretonne (réservé aux kiosques et à la Bretagne, dixit Goffette) peuvent renvoyer le Fluide qu'ils ont reçu sous 8 jours au frais du journal (demander le remboursement ou envoyer sous enveloppe non affranchie) et demander l'échange.

Satisfait ou remboursé, c'est la loi, non ?

 

Et l'on peut aussi dire son mécontentement sur le blog de Fluide Glacial : http://www.fluideglacial.com/leblog/

ou à la rédaction du journal (redaxion@fluideglacial.com)

ou à Goffette lui-même (cgoffette@fluideglacial.com)

 

Le Goffette est un animal qui n'aime pas la critique.

En réponse à mes commentaires, il m'a supprimé de ses "amis".

Bravo ! Ca coupe court à toute discussion et demande d'explications.

Ce n'est pas très courageux.

Et ce n'est surtout pas digne d'une personne responsable.

Ca donne aussi une idée de la façon dont il dirige Fluide.

 

De même divers commentaires que j’avais faits sur la page Facebook ont été supprimés et j’en suis désormais interdit.

Comme dirait Frémion, c'est le printemps fluidesque.
"Amusement, Umour, Dérision, Ilarité, Et toutes ces sortes de choses" : la Censure doit faire partie de "Et toutes ces sortes de choses"...

LE NOUVEAU SLOGAN DU JOURNAL :
«FLUIDE GLACIAL, LE JOURNAL DONT ON NE DOIT PENSER QUE DU BIEN»

(s) Doc Flebus (article paru sur facebook)

 

Repost 0
Published by Floyd Glacyalski - dans Le magazine
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 07:34

En ce qui concerne les changements suite au départ du rédacteur-en-chef Thierry Tinlot et à l'arrivée à ce poste de Christophe Goffette, ils n'interviendront qu'à partir du numéro 425 de novembre 2011.

Seule l'interview réalisée par Frémion est remplacée par une rubrique littéraire, "Lisez plus fort, des oreilles ennemies vous écoutent", ce mois-ci consacrée au livre "Fumisteries - Naissance de  l'humour moderne 1870-1914" de Daniel Grojnowski et Bernard Sarrazin (Omnibus), tenue par Hannibal Lecteur, nom derrière lequel se cache Yves Frémion, l'homme aux mille pseudos.

Rendez-vous au prochain numéro pour de plus amples informations.

Repost 0
Published by Floyd Glacyalski - dans Le magazine
commenter cet article